Si vous lisez cet article, c’est que vous n’êtes pas là par hasard. Vous aussi souffrez peut-être d’un manque de tonicité de vos piliers. Je peux vous orienter ou vous guider pour que ces piliers de fondations vous offrent le maintien nécessaire et voulu.

 

Si ce n’est pas vous qui souffrez d’un mal de dos, c’est quelqu’un que vous connaissez. Soit, vous vous y intéressez et c’est très bien.

Il faut savoir que tout le monde est sujet un jour ou l’autre à souffrir de son dos. Que ça ne soit que passager ou non.

Ceci n’est pas une fatalité en soi. Le mal de dos, ça se prévient par des gestes simples, réalisables tous les jours et cela sans problème ni réelle contrainte de temps. 10 minutes par jour suffisent pour vous betonner la sangle abdominale et ainsi protéger vos précieux disques intervertébraux.

 

 

Donc ok, la sangle abdominale c’est bien, mais concrètement, c’est quoi?

 

Il faut tout d’abord savoir que la sangle abdominale ne se limite pas aux simples “tablettes de chocolat” (fondues ou non) mais qu’il y a bel et bien plusieurs sortes d’abdominaux, jouant chacun un rôle bien spécifique.

 

Les plaquettes de chocolat c’est bien, c’est esthétique, ça fait craquer les filles sur la plage, mais sont-elles réellement les plus importantes?

Dans la tête de certaines personnes, c’est catégorique, la réponse sera oui. Mais ces personnes, d’après moi, n’y connaissent rien en mal de dos…

Ces plaquettes sont ce que l’on appelle, les grands droits. Ce sont les abdos “puissant” généralement, qui permettent d’amener le buste sur les cuisses lors du fameux “crunch”, qui cela dit en passant n’est pas génial pour le dos mais bon, ceci reste pas mal controversé.

 

Ensuite viennent les obliques. Deux sortes d’obliques complètent la sangle abdominale. Les obliques internes, et les obliques externes. Bien entendu, ils ont une orientation différente, afin que leurs actions se complètent parfaitement.

 

Ce sont ces deux muscles qu’il est nécessaire de travailler un maximum (entendez au mieux) afin de se prévenir de douleurs lombaires (chroniques ou aiguës). Et cela, n’importe quel kiné (ou ostéo) consciencieux de son travail vous le dira.

 

 

Ok, maintenant je comprends mieux, mais comment je préviens les douleurs alors?

 

Très bonne question. Pour moi en tout cas, les meilleurs exercices préventifs sont les exercices de gainage. ça peut peut-être paraitre bateau mais c’est la réalité. Combien de personnes se consacrent à faire ressortir leurs plaquettes de chocolat alors qu’ils ont une faiblesse des obliges (que l’on peut considérer comme les piliers principaux d’une bonne sangle abdominale). De par mon expérience, j’ai remarqué que beaucoup de footballeurs (pour ne pas les citer) ont ce que les femmes appellent des corps de rêve car bien dessiné, des plaquettes bien visibles, mais les obliques n’ont aucune tonicité. Normal, ils ne les travaillent jamais ou presque. Donc ça peut paraitre paradoxal, mais si l’on compare ce fameux footballeur avec un nageur ou un grimpeur, ceux-ci auront une sangle abdominale peut-être moins tracée (et encore) mais surtout de meilleures fondations car de par leur sport, le gainage est une chose primordiale si l’on veut performer.

 

Donc, pour développer de bonnes fondations, le gainage semble être un passage obligatoire. Celui-ci se traduit généralement par des exercices au sol sur tapis, tenir en planche, mais pas que de cette façon.

 

Vous pouvez très bien exercer vos fondations en étant assis à votre bureau. Le simple fait rentrer votre ventre et de le tenir rentré surtout, travaille vos oblige (ainsi que votre diaphragme) de façon intelligente. Si vous essayez maintenant, vous sentirez certainement une légère sensation de brûlure au niveau des abdos. Ce sont les fondations qui travaillent. Continuez aussi longtemps que vous les désirez, ou jusqu’à ce que vous en ayez assez pour le moment, quitte à reprendre plus tard.

Franchement, c’est la meilleure chose que vous pourriez faire pour commencer en tout cas votre prise en charge préventive du mal de dos.

 

Après, rien ne vaut évidemment l’expertise d’un kiné ou ostéo afin de vous suivre à 100% dans votre parcours préventif. Celui-ci aura certainement la capacité à également relever quelques blocages, ou attitudes vicieuses prisent lors des exercices de gainage.

 

Un dernier conseil lors du gainage en planche, que j’aime répéter à mes patients est que s’ils font la planche sur pointe de pieds et sur coudes, il faut avoir les fesses plus hautes que les épaules. Comme ça, pas de souci de malposition de votre dos, et vous le préserverez plus longtemps.

 

Pour compléter cet exercice, faire la planche sur le côté (appui sur un coude) puis planche sur le dos (appui sur les coudes et les talons) viennent renforcer la sangle abdominale de tous les côtés si je puis dire.

 

Si ces exercices basiques sont trop simples, rien ne vous empêche d’augmenter la difficulté en plaçant les pieds sur un ballon de foot par exemple, ou les coudes sur un swissball, ou les deux. Là ça devient du jeu (entendez amusant) mais c’est très difficile, et pour le réussir correctement, il faut un excellent gainage.

 

Voici pour la partie gainage. J’espère que vous avez trouvé ces explications claires ainsi que pertinentes.

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
  • Yahoo! Buzz