Qui n’a jamais rêvé de passer un hiver sans en subir les conséquences qui sont parfois assez… enflammées. Je pense notamment aux maux de gorge, de tête, nez encombré, rhub’ et tout ce qui s’en suit, pouvant parfois atteindre des stades graves si pas prit en charge assez tôt, comme par exemple la pneumonie.

Aujourd’hui je te propose quelques trucs que je viens d’utiliser pour sortir de maladie et que je compte bien utiliser pour combattre au mieux cet hiver.

 

Premièrement, ça peut paraître un peu simpliste, mais il faut éviter les changements de températures à répétition. S’il fait trop chaud dans un bâtiment, enlèves une couche au lieu de transpirer dans tes habits, au risque de prendre froid dès que tu sors.

 

Deuxièmement, bois des boissons chaudes, style thé, ou ma botte secrète, l’infusion de Thym avec une cuiller à café de miel.
Le thym est connu depuis de nombreuses années non pas seulement pour le délicieux fumet qu’il donne à la viande, mais également pour ses propriétés bactéricides (le thymol).
Le thym est un antiseptique naturel et il a des propriétés antivirales. Il est aussi stomachique, expectorant et antispasmodique.
Son infusion peut être utilisé en gargarisme en cas d’irritation de la gorge ou d’angine.
Le miel est bien connu pour calmer le mal gorge, en l’adoucissant pour un petit moment. La combinaison des 2 n’est donc que suite logique.
En prendre une infusion le matin avec du miel et une le soir avant de se coucher permettrait de passer l’hiver sans encombre. (Si pas encore malade, sinon c’est à prendre en fonction de tes propres sensations).

Pour avoir une bonne dose de vitamine C, on peut ajouter un citron pressé à l’infusion. C’est bon et efficace !

 

Troisièmement, mange des fruits. Comme dit l’adage « Une pomme chaque matin éloigne le médecin ». La pomme contient divers composés qui les protègent contre les virus, les bactéries et les moisissures. En mangeant des pommes, tu tires profit de ces biomolécules, comme la quercétine, qui s’avère efficace sur le cerveau des rats. Ce résultat est transposable à l’être humain, pouvant également mener à la conclusion que la consommation quotidienne d’une pomme réduirait le risque de maladie d’Alzheimer et celle de Parkinson.

Une autre étude publiée dans la revue Thorax suggère aujourd’hui que les mères qui mangent régulièrement des pommes (4 par semaine) alors qu’elles sont enceintes ont moins de risques que les autres de mettre au monde un enfant asthmatique.

 

Pour terminer, si tu désires vraiment t’équiper au mieux, tu peux également faire une cure de vitamines ainsi qu’une cure de gelée royale.

 

Te voilà armé pour passer un bon hiver 🙂

 

 

 

 

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
  • Yahoo! Buzz